Ils ont tué les dix petits nègres !

Bon ! Agatha Christie les avait déjà occis un par un ; mais là, ils les tuent à nouveau !

Et donc le roman « Les dix petits nègres » va dorénavant s’appeler « Il étaient dix » ; le titre original de ce best-seller mondial qui est aussi le plus grand succès d’Agatha Christie, est pourtant Ten little niggers (1). Et le titre n’est pas le seul à changer ; le mot ‘nègre’, utilisé des dizaines de fois dans la traduction initiale (et 74 fois dans le manuscrit original – 1938 – d’Agatha Christie), a été supprimé de la nouvelle version.

En la demeure, la France fait figure de retardataire : le changement de titre a été fait depuis des années dans les pays anglo-saxons. Aux USA, le titre a même été changé en ‘Il n’en resta aucun’ dès 1940 ! Agatha Christie avait accepté ce changement non pas sous la pression des noirs (à l’époque, ils n’avaient pas voix au chapitre) mais sous celle des blancs qui n’acceptaient pas que les personnages du roman, tous blancs, puissent être assimilés à des ‘nègres’.

Et maintenant en fait, il ne s’agit que de s’aligner sur les autres éditions nationales, anglaises et américaines notamment.

.

Le but de ce changement est, nous explique-t-on, de ne pas blesser. Soit (avec un profond soupir) !

Je ne peux cependant m’empêcher de voir ici une nouvelle expression dans notre pays de la dictature et du totalitarisme du politically correct qui est d’inspiration communautariste et est en contradiction avec l’universalisme de la République Française. Universalisme que d’ailleurs, nous sommes en droit d’interroger, d’enrichir, de continûment construire ; y compris – et peut-être surtout – lors de tels débats. Mais là n’est pas mon propos.

Non ! Mon but est que la France aille plus loin, qu’elle soit un véritable précurseur dans ce domaine !!!

Il faut reconnaître toutefois que nous avons déjà bien commencé. Ainsi, en littérature, les écrivains n’ont plus de ‘nègre’ ; ils ont des ‘prête-plume’. Je ne sais pas si, pour ces derniers, cela change grand-chose.

.

Nègre ! Il y a des milliers de personnes dont le nom de famille est Nègre. Vous imaginez la scène : deux personnes se rencontrent et se présentent ; « – Bonjour, mon nom est Nègre, James Nègre. – Aah ! Je suis blessé ».

Il faut que tous les Nègre de France… ; pardon. Il faut que toutes les personnes en France dont le nom de famille est Nègre – qu’elles soient (par ordre alphabétique) blanches, jaunes, noires, rouges, vertes, violettes à petits points fuchsia – changent de nom. Pour cela, il faut ajouter à la liste des intérêts légitimes qui justifient un changement de nom patronymique, le fait d’avoir un nom qui peut blesser autrui. D’ailleurs, pour les personnes ayant un tel nom, le changement ne devrait-il pas être OBLIGATOIRE ? Et quid de tous les noms dérivés de Nègre : Nègri, Nègro, Gouttenègre, Nègrevergne, Foretnègre, Vergnenègre… ? (2) Il faut se poser la question.

Nous avons aussi le cas de toutes les personnes non noires qui s’appellent Noir (ou Lenoir, Noiret, Nouar, Néri, Bouchenoir, Terrenoire, Marchenoir, Noirbusson, Crétinoir…). Et de toutes les personnes non blanches qui s’appellent Blanc (ou Blanche, Blanchet, Blanco, Blanchon, Blanchot, Blancheton, Blanchetière, Blanchemain, Blanchemanche…). Et nous avons encore les patronymes Jaune, Marie-Jaune, Rouge, Rouget, Rougeventre, etc., etc…

Je n’ose imaginer certaines présentations : «  – Je vous présente votre nouveau collègue, Madame Noir, Madame Jane Noir. – aah ! (au fond de l’open-space). Il faut donc que toutes ces personnes changent aussi de nom !

.

Nous avons aussi un certain nombre de mots toponymiques sur lesquels il faudra nous interroger. Là, les canadiens nous ont devancé !

Dans l’Ontario, il a été décidé il y a une quinzaine d’années de renommer tous les noms géographiques et tous les noms de lieux contenant le mot ‘squaw’, une soixantaine en tout, ce mot ayant été jugé blessant / offensant (3). Même si le processus n’est toujours pas arrivé à son terme, nous pourrons nous inspirer du processus mis en place : propositions de noms par le public, filtres par diverses instances locales et choix entériné par une commission ad hoc. Juste une parenthèse pour indiquer que le nom ‘politically correct river’ n’a pas été retenu.

Au Québec aussi, suite à une décision de 2015, ce sont les lieux contenant ‘Nègre’ et ‘Nigger’ (une dizaine) qui vont être renommés. Le processus est en cours. Mais à noter qu’ailleurs au Canada, les noms publics contenant le mot ‘nègre’ ont déjà été tous changés.

Personnellement, en France, j’ai en tête le Cap Nègre dans le Var, l’oppidum de Teste-Nègre (en provençal Tèsto-Negro) près de Marseille et la ville de Nègrepelisse dans le Tarn-et-Garonne. Mais il y en a certainement beaucoup d’autres [ Merci de me dire si vous en connaissez d’autres que je complète cet article ]

.

Et puis, bien sûr, nous avons un pays dont le nom devra d’autant plus être revu qu’il est candidat à une adhésion à l’Union Européenne : le Monténégro. Je pense qu’il convient que, dès maintenant, nous commencions à réfléchir comment le nommer.

.

Et il y aussi (merci Françoise pour ce complément) une pâtisserie : la « Tête de nègre ». Mais les commerçants utilisent souvent déjà d’autres appellations telles que ‘merveilleux’, ‘boule meringuée au chocolat’, ‘boule choco’, arlequin’.

.

.

(1) Il est sans doute utile de rappeler que le titre original de ce livre écrit en 1938, fait référence à la comptine Ten Little Niggers, qui est l’adaptation britannique de la chansonnette Ten Little Indians.

(2) Merci au site de recherche généalogique : http://www.filae.com

(3) Dans la littérature américaine, le terme squaw est utilisé depuis le 16e siècle pour désigner les femmes amérindiennes. Mais, tout comme cela a été le cas pour le mot ‘nègre’, il a pris au fil du temps, une connotation péjorative et est devenu injurieux.

La stratégie du choc ? ça continue et certains veulent que cela continue encore plus. (2/3)

[ Suite de l’article : « la stratégie du choc ? Qu’est-ce réellement » (lien : https://laurent-dicale.fr/2020/06/02/la-strategie-du-choc-quest-ce-reellement/ ]

.

De la crise des subprimes de 2008 à ‘avant-hier’ (avant la crise sanitaire)

Le livre de Naomie Klein s’achève au moment de la crise de 2008. De façon quasi-unanime, cette crise est perçue comme la conséquence directe de cette idéologie de l’Ecole de Chicago et de cette politique de dérégulation et de privatisation ; comme la conséquence directe du néolibéralisme. Ne partagent pas cet avis, même si ce n’est pas surprenant, les chantres du néolibéralisme dont font malheureusement partie nombre des gouvernants aujourd’hui.

Le choc des marchés et le choc économique qui ont suivi la crise de 2008 n’ont pas dégénéré en une brutale accélération de ces politiques néolibérales. Pendant un temps même, il a semblé que certaines dérives du passé pouvaient être corrigées ; on n’a eu droit en fait qu’aux trémolos, aux grands serments et aux manœuvres dilatoires de nos dirigeants !

Ainsi, cahin-caha, les théories néolibérales ont continué d’être mises en place, notamment en France. Je ne veux pas ici détailler la longue, très longue liste des mesures prises par les différents gouvernements sous les présidences de Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron. Tiens ! Juste pour le ‘fun’ : des lois liberticides ; des atteintes répétées au Code du Travail ; des mesures fiscales (nombreuses) favorisant les plus riches et d’autres affectant directement les classes moyennes et défavorisées ; la poursuite sous une forme larvée des privatisations dans de nombreux domaines, y compris régaliens ; les réductions constantes des services publics, tant en qualité qu’en quantité, avec notamment une réduction drastique des budgets consacrés à l’hôpital, à l’enseignement, à la justice, aux forces de l’ordre, à l’aide sociale, à la culture – euh ! à tous les secteurs en fait ; … Mais arrêtons là cet inventaire qui pourrait être continué très longtemps !

.

Mais force est de constater que la stratégie du choc chère à Milton Friedman continue d’être appliquée.

.

Ainsi en 2015, en Grèce qui est alors confrontée à une grave crise financière et bancaire – qui, d’ailleurs, aurait affecté au premier chef les banques commerciales françaises et allemandes. Un accord est ainsi imposé à la Grèce alors même que, par référendum, le peuple grec en avait rejeté les termes.

Pour avoir accès aux prêts dont elle a besoin pour ne pas être en défaut de paiement, la Grèce a dû accepter des mesures de libéralisation de l’économie et une grande austérité. Cela s’est en particulier traduit par des privatisations massives (banques, ports, aéroports, énergie, La Poste…), des réductions importantes des dépenses de l’Etat avec, entre autres conséquences, la diminution drastique des aides sociales apportés aux plus pauvres (dont le nombre a d’ailleurs fortement augmenté depuis 2015), la baisse importante du nombre de fonctionnaires dont les salaires ont été concomitamment baissés et la diminution des retraites. Cela a aussi induit des hausses des taux de TVA qui ont principalement touché les classes moyennes et populaires et une réforme de la fiscalité dont les plus riches n’ont pas eu à se plaindre.

Mais en plus, cet accord d’août 2015 constitue une véritable mise sous tutelle politique de la Grèce. Ainsi, Athènes devra «consulter les institutions [créancières] et convenir avec elles de tout projet législatif dans les domaines concernés dans un délai approprié avant de le soumettre à la consultation publique ou au Parlement ». Un total droit de regard des créanciers sur la politique intérieure grecque.

Le rêve des néolibéraux : avoir un gouvernement qui ne peut légiférer que lorsque cela ne nuit pas à leurs intérêts !!!

[ Sur le sujet des négociations ayant conduit à l’accord d’août 2015, je recommande le film de Costa-Gavras, ‘Adults in the room’. Edifiant ! ]

.

Cette stratégie du choc, cette application brutale et forcée de mesures ultra-libérales et anti-sociales, voire anti-démocratiques, a aussi largement inspiré les grands organismes internationaux : FMI, Banque Mondiale, OCDE… Ainsi les réformes économiques – camouflées sous le beau et doux vocable de programmes d’ajustement structurel – que les pays en difficulté doivent mettre en œuvre pour bénéficier de prêts de la Banque Mondiale et/ou du FMI, sont clairement issues du corpus doctrinaire de l’Ecole de Chicago. Dit autrement, elles sont clairement néolibérales.

Cela a conduit dans ces pays à des politiques drastiques d’austérité qui, comme c’est toujours le cas, sont particulièrement douloureuses pour les classes moyennes et populaires ; à la privatisation de nombreux services publics et de nombreuses entreprises, au bénéfice quasi exclusif, fait-il le préciser, de multinationales occidentales ; à la libre-circulation des capitaux, des marchandises et des services sans que la suppression des barrières réglementaires et douanières ne se soit accompagnée de dispositions permettant de protéger les entreprises nationales, non préparées à une telle concurrence internationale ; à la déréglementation dans les domaines économiques, sociaux, environnementaux, financiers, fiscaux dans l’optique de faciliter autant se faire que peut, le fonctionnement des entreprises et des multinationales… Ceci, bien entendu, sans que les populations locales aient la moindre voix au chapitre !

.

‘Hier’ (pendant la crise sanitaire dont on peut penser qu’elle tire sur sa fin)

‘All around the world’, la majorité des gouvernements ont appliqué pendant la crise sanitaire, la stratégie du choc ; non pas dans le domaine économique, mais dans celui des libertés ! Jouant sur la peur des citoyens face à la maladie et, surtout, face à la mort, les gouvernants ont imposé, le plus souvent sous surveillance policière quand ce n’est pas militaire, le confinement. Ce qui revient, en fait, à des privations de libertés avec la limitation des déplacements – voire l’interdiction de circuler –, l’interdiction de se rassembler – y compris dans le cadre familial – et l’interdiction de travailler ce qui, pour énormément de gens, en l’absence d’amortisseurs sociaux, revient à l’interdiction de gagner sa vie.

Car le discours mis en œuvre par nos dirigeants, c’est : « le gouvernement est le meilleur rempart, la meilleure protection contre le coronavirus. Il faut lui donner les pleins pouvoirs pour qu’il puisse lutter efficacement contre cette pandémie. »

Ainsi, nous sommes dans cette caricature – alors même que nous sommes dans l’Union Européenne – quand Viktor Orban, Premier Ministre de Hongrie, a fait voter une loi lui donnant les pleins pouvoirs et la possibilité de légiférer par ordonnances, sans aucun contrôle d’aucune sorte, pour une durée indéterminée. Les opposants sont ainsi accusés « d’être du côté du virus » dans les discours officiels. Cela est d’autant plus préoccupant que, depuis son arrivée au pouvoir il y a une dizaine d’années, Viktor Orban s’est illustré par ses multiples atteintes à l’Etat de droit et aux libertés de ses concitoyen(ne)s.

En France, ce gouvernement a tenu à montrer que cette mesure de restriction de libertés – aussi prise pour ‘masquer’ l’insuffisance des capacités d’accueil des hôpitaux et le manque de masques et de tests – a été appliquée avec toute sa force régalienne. Il a ainsi été très fier de communiquer sur le nombre de contraventions mises, signe selon lui qu’il luttait avec toute la rigueur nécessaire contre la propagation du Covid 19.

Toutefois, en France toujours, pendant cette période de confinement, ce gouvernement a continué de détricoter le Code du Travail. Certains membres de ce gouvernement, le MEDEF, des think-tank néolibéraux, certains élus des Républicains ont commencé leur lobbying pour que ces mesures, annoncées comme provisoires, perdurent,et même s’accentuent (cf. mon article du 23 mai sur ce blog : https://laurent-dicale.fr/2020/05/23/toujours-plus-de-detricotage-du-code-du-travail/ ).

On a vu aussi de multiples demandes, souvent par les mêmes, à ce que, au nom de la relance économique à venir, toutes les mesures écologiques, liées à l’urgence climatique et à la transition énergétique, soient suspendues sine die. Mais sur ces sujets, la plupart des actions se déroulent au niveau européen. Tout ce que Bruxelles et Strasbourg comptent de lobbyistes de tous les secteurs industriels et de toutes les organisations patronales, s’activent contre les mesures et les normes environnementales. Celles qui sont en discussion à l’heure actuelle ; celles dont la mise en œuvre doit intervenir prochainement ; mais aussi celles déjà appliquées et qu’il faudrait suspendre ! Tout est orienté pour que, au nom de la relance économique, on abandonne en Europe (et en France) toute ambition écologique, climatique, de transition énergétique.

.

Et que dire de ces milliards d’aides directes et indirectes dont ont bénéficié de grandes entreprises françaises sans qu’en contrepartie, de réelles et sérieuses garanties environnementales ne leur soient demandées. Et sans qu’aucune garantie sociale n’ait été demandée non plus ; Renault, après avoir empoché les 5 milliards d’euros du prêt consenti par l’Etat via sa garantie, va fermer quatre sites en France !

Dans la loi de finances rectificative du 23 mars, un comité (un de plus) pour suivre et évaluer les mesures de soutien financier dont ont bénéficié les entreprises, a été institué et placé auprès d’Edouard Philippe, Premier Ministre. Parmi ses 14 membres (dont seulement 2 femmes) composés majoritairement d’élus, 2 représentants des organisations patronales (MEDEF et Union des Entreprises de Proximité – Artisanat) ; par contre, aucun représentant des salariés / des syndicats.

.

Les entreprises de la haute technologie, les GAFAM et leurs lobbyistes ont réorienté leurs discours à l’occasion de cette pandémie pour se poser comme les meilleurs remparts contre les risques sanitaires, pour présenter ces technologies comme étant le seul moyen possible de mettre nos vies à l’abri d’une pandémie, comme étant les clés indispensables pour assurer notre sécurité et celle de nos proches.

Dans ce monde rêvé qu’ils veulent maintenant nous vendre et qui fonctionnera grâce à une « intelligence artificielle », tout sera livré à domicile, soit virtuellement via la technologie de streaming et de cloud, soit physiquement via un véhicule sans conducteur ou un drone ; l’enseignement à distance permettra de créer les meilleurs outils d’apprentissage et de faire bénéficier à tous de l’enseignement des meilleurs professeurs ; les dispositifs de télésanté permettront d’avoir accès aux meilleurs spécialistes… Tous ces services relevant, bien entendu, de la sphère privée / concurrentielle et étant payant. Mais cela nécessitant aussi beaucoup moins d’enseignants, de médecins, de conducteurs !

Mais ces entreprises de la haute technologie, ces GAFAM n’oublient pas leurs précédentes demandes : des infrastructures ultra-rapides et notamment, le déploiement de la 5G ; des citoyens connectés dont les données sont librement accessibles, utilisables – et monnayables ; des villes connectées et intelligentes gérant de façon autonome, à partir des informations collectées et stockées des citoyens, la circulation, les transports en commun, la distribution d’électricité et d’eau, le ramassage des déchets ainsi que les écoles, les hôpitaux et les commissariats ; etc…

Et ils réitèrent leur demande de levée des freins démocratiques, légaux, sociaux qui les empêchent de collecter et d’exploiter sans limite les données personnelles (y compris médicales) et d’explorer et développer sans contrôle certaines pistes que pourraient possiblement ouvrir le développement de certaines applications de l’IA ou de la reconnaissance faciale.

.

Et aujourd’hui ? Et maintenant que nous sortons de cette crise sanitaire mais où nous entrons dans une crise économique et sociale qui s’annonce de grande ampleur ?

On continue comme avant ou on profite de ce moment pour faire une vraie rupture ? Pour faire un autre choc, un choc qui ne soit pas néolibérale ?

.

A suivre donc !

La stratégie du choc ? Qu’est-ce réellement ? (1/3)

La théorie de la stratégie du choc a été présentée par Naomi Klein dans son livre – paru en 2007 – dont le titre complet est « La stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre ». Elle a prolongé sa présentation en 2009, au moment de la crise financière des subprimes, par un documentaire bâti autour d’images d’archives.

Naomie Klein nous explique que des désastres de tout ordre (catastrophes naturelles, guerre, attentats, coup d’état, répression policière ou militaire) plongent les populations dans un état de choc psychologique qui permet aux gouvernants, avant que les gens n’aient eu le temps de se ressaisir et de sortir de leur focalisation sur leur survie et sur l’urgence, d’appliquer, et j’ose même dire d’imposer, des réformes économiques qualifiées par l’auteure d’ultra-libérales ou hyper-libérales.

Nous dirions aujourd’hui, néolibérales !

Le corpus doctrinaire de ces réformes est issu de l’Ecole de Chicago dont la figure de proue est Milton Friedman. Cette doctrine est toujours celle à laquelle se réfère aujourd’hui encore les chantres du néo-libéralisme.

Comment peut-on résumer la doctrine de l’Ecole de Chicago ?

Lorsque Milton Friedman présentait (et louait) le programme de Margaret Thatcher, il disait : « (son) programme tient en quatre points : coupes dans les dépenses de l’état, baisses d’impôts, désengagement de l’état des secteurs de l’industrie et politique monétaire stable et raisonnable pour faire baisser l’inflation. »

Dans les faits, si l’on se contente juste de constater ce que cela a induit depuis 40 ou 50 ans, cette doctrine implique :

– Les privatisations – et ainsi, l’ouverture à la concurrence – dans tous les secteurs, y compris la santé, l’éducation, la sécurité, le logement social, l’eau, l’énergie, les transports urbains, ferroviaires et aériens, les télécommunications, la culture…Et donc le retrait de l’Etat et la dégénérescence de tous les services publics. Ah ! s’ils pouvaient privatiser la planète entière ! ;

– Le retrait de l’Etat aussi de ses missions régaliennes. Et donc leur privatisation ! ;

– La primauté accordée aux ‘marchés’ supposés efficients et parfaits par une déréglementation financière, bancaire, monétaire, économique, sociale, environnementale. L’« idéal » étant, faut-il le préciser, que les gouvernements soient totalement assujettis aux forces des marchés, leur rôle devant se limiter à supprimer tous les obstacles pouvant entraver leur libre fonctionnement ;

– Le sacrifice de l’environnement, de la nature et aussi, de tous les biens communs sur l’autel de la rentabilité à court terme ;

– Recherche de la rentabilité à court terme qui a conduit à mettre en place une concurrence effrénée entre les pays, les régions, les humains au détriment, s’il le fallait, de leur bien-être immédiat et futur et de leur développement et leur bonheur à moyen et long terme ;

– La marginalisation des syndicats et autres instances représentatives des salariés – mais aussi de tous les corps intermédiaires – laissant ainsi le salarié / le citoyen seul, sans appui, sans soutien ;

– Dit autrement, la destruction de la solidarité sociale, du lien social, du tissu social – en France, de la Fraternité ;

– Le creusement des inégalités, les plus riches s’enrichissant aux dépens des classes moyennes et laborieuses, dans un mouvement cumulatif sans fin ;

[ Et je dois certainement en oublier ! ]

Mais revenons vers le livre !

Quelles applications ont eu les théories de l’Ecole de Chicago ?

Les laudateurs et les apologistes du capitalisme néolibéral, celui que nous connaissons (subissons) à l’heure actuelle, se plaisent à mettre en avant les gouvernements de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan. C’est ‘politiquement correct’ mais surtout c’est commode car cela permet d’occulter ce qui s’est passé avant et depuis dans d’autres pays.

Ainsi, le premier ‘exploit’ de Milton Friedman et de l’Ecole de Chicago, le premier pays dans lequel ils ont appliqué leurs théories économiques de la façon la plus brutale est le Chili.

Lorsque Salvador Allende est renversé en 1973 par Augusto Pinochet – appuyé en sous-main par les Etats-Unis, inquiets pour les intérêts de leurs multinationales – les ‘Chicago Boys’ chiliens mirent en œuvre le programme économique qu’ils avaient préparé. Ils profitèrent pour cela du choc de la guerre puis du choc de la peur – et même de la terreur – basé sur la répression de la population, la persécution de tous les opposants de tout ordre et les multiples violations des droits de l’homme. Privatisations, coupes budgétaires, liberté de la circulation des biens, des services et des capitaux venant de l’étranger… Cette politique économique, passée en force, n’a pas marché et déclencha dans les années qui ont suivi, inflation, chômage et surtout, un fort accroissement des inégalités, les riches en bénéficiant au détriment des pauvres. Milton Friedman a pourtant qualifié les résultats économiques de la dictature d’Augusto Pinochet de « miracle chilien ».

Aujourd’hui encore, le Chili est l’un des pays les plus inégalitaires du monde. 1% de la population concentre plus du quart de la richesse du pays. L’accès à l’éducation et aux services de santé d’une large partie de la population est difficile, voire impossible. Fin 2019, des manifestations, parfois violemment réprimées, ont eu lieu et ont été très largement suivies. Les demandes portaient (et portent toujours) sur des réformes profondes du système économique chilien, sur une diminution des inégalités sociales, sur une augmentation des budgets de la santé et de l’éducation ainsi que sur une réforme du système des retraites, directement hérité de la dictature Pinochet. En fait, les revendications portent sur tout l’héritage de Milton Friedman et des Chicago Boys !

C’est le tour, en 1976, de l’Argentine à la suite du putsch militaire mené par le Général Rafael Videla et la mise en place d’une politique de répression féroce. Les Chicago Boys occupèrent alors les principaux postes économiques d’Argentine et mirent en œuvre leur programme ; ce qui entraina des bouleversements économiques et sociaux catastrophiques.

Milton Friedman déclarait pourtant que l’économie de marché allait de pair avec la liberté et la démocratie. Il affirmait que cette politique n’enrichissait pas seulement les élites mais créerait les sociétés les plus libres, que c’était une guerre contre la tyrannie, que capitalisme et liberté avançaient main dans la main. Le contraire de ce qui s’est passé au Chili pendant 17 ans ; le contraire de ce qui s’est passé en Argentine pendant 7 ans !

En 1979, Margaret Thatcher est élue Premier Ministre de Grande-Bretagne. L’année d’après, Ronald Reagan devient président des Etats-Unis d’Amérique. Je ne vais pas m’étendre sur ces deux périodes où le capitalisme néo-libéral le plus sauvage fut mis en œuvre.

Et après ? Ce fut la chute du mur de Berlin, l’effondrement de l’URSS et la chute du communisme en tant que système étatique.

Boris Eltsine prit la tête de la Fédération de Russie en 1991. Appuyés par ses conseillers surnommés, quelle coïncidence, les ‘Chicago Boys’, il mit en œuvre les théories économiques de Milton Friedman ; ce fut le chaos ! Les privatisations de secteurs entiers de l’économie russe dans des conditions douteuses et au profit de quelques ‘businessmen’ s’accompagnèrent d’une très forte baisse du niveau de vie du peuple russe, d’une grande paupérisation de larges pans de sa population et d’une quasi disparition de toute protection sociale. En 1993, afin de ne pas être destitué, il dissout avec l’appui des chars et des canons et avec la bénédiction des chefs d’états occidentaux, le parlement de Russie pourtant démocratiquement élu. Et le néolibéralisme fou des oligarques se déploya de plus belle !

Survint le choc du 11 septembre 2001 ! Un choc de civilisation ? Le Patriot Act fut alors adopté ; il diminuait un certain nombre de libertés fondamentales et dotait l’Etat de larges moyens de surveillance sans transparence et sans quasiment aucun contrôle. Et ce fut la guerre en Afghanistan et Guantanamo.

Puis ce fut, en 2003, la guerre en Irak. Dans ce pays, le choc de la guerre fut immédiatement suivi par le choc de la ‘thérapie économique’ imposée par l’administrateur américain. Dès les premiers mois, les lois classiques de l’Ecole de Chicago furent promulguées. Mais l’argent promis pour la reconstruction profita principalement aux sociétés américaines. La révolte grandissant et devenant de plus en plus violente, il y eut le choc de la répression avec arrestations arbitraires, internements sans jugement et tortures institutionnalisées. Mais cela n’empêcha pas les sociétés américaines, notamment dans le secteur de la sécurité et des armements, de faire des affaires… et des profits. On voit encore aujourd’hui les conséquences de ces années de gouvernance américaine.

L’une des ultimes recommandations de Milton Friedman en matière de politique publique date de début 2006, quelques mois après le passage de l’ouragan Katrina qui dévasta La Nouvelle-Orléans : « Les écoles de La Nouvelle-Orléans sont en ruine comme les maisons de leurs élèves. C’est une tragédie. Mais c’est aussi l’occasion de réformer radicalement le système d’éducation. » Il poussait en fait à la privatisation des écoles publiques de la ville !

Le livre de Naomie Klein s’achève au moment de la crise de 2008.

Dans un prochain article, nous verrons ce qui s’est passé depuis jusqu’à hier.

Ensuite, nous regarderons aujourd’hui. Et aussi, que va-t-il maintenant se passer ?

A suivre donc !