Le film ‘Don’t Look Up’ d’Adam McKay dépeint la stupidité de notre monde politique.

.

Voici le lien vers un très bel article du magazine ‘Jacobin’ qui analyse le film ‘Don’t look Up’. Film remarquable qui est sorti au moment de Noël sur Netflix. J’ai demandé à M. DeepL Traducteur de m’en faire la traduction ; je la partage ci-dessous.

https://jacobinmag.com/2022/01/adam-mckay-dont-look-up-climate-change-review?mc_cid=0a6102f906&mc_eid=c34b248f09

Ce film, si vous ne le savez pas déjà, est une allégorie sur le changement climatique et sur l’attitude de notre monde face à son annonce. Et tout comme dans la vraie vie en ce qui concerne le réchauffement climatique, dans ce film, ceux qui refusent de prendre en compte la réalité, « les méchants(,) sont une élite égocentrique et aveugle, et c’est leur cupidité, leur vénalité et leur stupidité qui les conduisent à des décisions diaboliques ». Et ne nous trompons pas ! « Ce sont les élites et les institutions du pays, y compris les médias, qui sont le vrai problème dans Don’t Look Up ». J’ai presque envie de rajouter : « et dans notre monde ».

Cette analyse d’un des magazines de la gauche américaine est percutante dans ce qu’elle montre de son pays ; et de notre monde largement ‘néolibéralisé’. Tout comme l’est ce film !

Tout comme le sont notre incompréhension, notre incrédulité, voire notre sidération ; tout comme le sont aussi notre colère et notre révolte quand on regarde le comportement – pour ne pas dire l’aveuglement – de nombre de nos dirigeants et décideurs face au réchauffement climatique, face à l’immense astéroïde qui fonce sur nous et dont les premiers effets se font sentir chaque jour de plus en plus fortement et nettement.

Film à voir ! Film dont il faut faire la promotion ! Film dont il faut rappeler et marteler que c’est une allégorie sur le réchauffement climatique et sur l’impasse sur laquelle nous sommes engagés en raison de la médiocrité et de la petitesse (pardonnez-moi de me répéter) de cette « élite égocentrique et aveugle », de sa cupidité, sa vénalité et sa stupidité !!!

Mais il y a une différence majeure : il est peut-être trop tard pour les personnages de ‘Don’t Look Up’, mais ce n’est pas le cas pour nous dans le monde réel. Prouvons à McKay qu’il a tort en ne partageant pas le sort de ses personnages ».

.

.

PS : parmi les articles écrits sur ce film, à lire en particulier celui (en français) écrit par Nicolas Dufrêne, Directeur de l’Institut Rousseau (https://institut-rousseau.fr/) .

Cette analyse est faite sous un angle différent ; mais elle est tout aussi pertinente, intéressante et instructive !

https://usbeketrica.com/fr/article/don-t-look-up-peinture-de-l-absurde-en-taille-reelle?fbclid=IwAR1XX2jfVU-WA4DVhmIaymj1kpw0aevopWJ9Bo_-pCmuSO5T8niiW_MD7m0

.

.

.

.

.

«««««««««« L’époque dans laquelle nous vivons est à la fois menaçante et incroyablement stupide. C’est l’un des traits caractéristiques de cette ère politique, et pourtant je ne vois pas beaucoup de films des années post-2016 qui capturent cette dynamique, ou même qui prennent la peine d’essayer, comme Don’t Look Up d’Adam McKay.

Les productions phares sur la politique du « P » majuscule dans les années Donald Trump avaient beaucoup de la première. Des véhicules comme The Post et The Comey Rule ont filtré les informations que nous avons tous regardées et lues après l’élection de 2016 à travers la lentille d’un thriller politique de style années 1970, et ont été célébrés pour avoir flatté les préjugés de l’establishment. Les héros étaient des institutions comme la presse et le FBI, défendant noblement les normes et la démocratie d’un assaut nixonien inégalé dans son danger. Ce n’est pas une coïncidence si cela s’est produit à une époque où une grande partie de l’establishment était convaincue d’être sur le point de découvrir un scandale d’espionnage tentaculaire et une conspiration dictatoriale tout à la fois.

Don’t Look Up est beaucoup plus adapté à la réalité que nous vivons actuellement. Il n’y a pas de méchant autoritaire qui met fin à la démocratie ; comme dans notre monde, la démocratie américaine du film a déjà été étouffée sous le poids de l’argent des oligarques et de la course au profit des entreprises. Il n’y a pas de conspiration diabolique secrète, du moins sous la forme salace que ces histoires de l’ère Trump ont imaginée ; les méchants sont une élite égocentrique et aveugle, et c’est leur cupidité, leur vénalité et leur stupidité qui les conduisent à des décisions diaboliques.

Le discours qui entoure actuellement le film vous a probablement appris qu’il s’agit d’une allégorie de la catastrophe climatique. Les astronomes Kate Dibiasky (Jennifer Lawrence) et Randall Mindy (Leonardo DiCaprio) découvrent qu’une comète de la taille du Mont Everest se dirige vers la Terre et déterminent (après avoir désespérément vérifié et revérifié) qu’elle est prête à provoquer un événement apocalyptique du type de celui qui a tué les dinosaures dans seulement six mois. Ils s’envolent bientôt pour Washington afin d’informer le président.

Le changement climatique est depuis longtemps comparé à l’approche d’un astéroïde par des scientifiques et des militants incrédules qui se demandent, tout en s’arrachant les cheveux, si nous répondrions avec le même déni et le même retard au genre de catastrophe planétaire immortalisée dans les superproductions de fin d’histoire comme Armageddon. Ces films nous ont conditionnés à supposer que non, nous mettrions sur pied une équipe de personnages courageux, rudes sur les bords mais avec beaucoup de cœur, qui, avec l’aide de la science moderne et de ressources gouvernementales illimitées, vaincrait le rocher spatial. Leurs seuls obstacles seraient leurs propres problèmes personnels, leur incapacité à travailler en équipe et l’immensité de la tâche elle-même.

McKay et David Sirota, le journaliste, collaborateur de Jacobin et ancien rédacteur de discours de Bernie Sanders qui a coécrit l’histoire du film, renversent ce scénario éculé. Et si le plus difficile n’était pas d’arrêter la catastrophe ? Et si le plus difficile était de convaincre les gens d’essayer ?

Dibiasky et Mindy sont frustrés à chaque étape de leurs efforts. Le directeur de la NASA – un donateur politique, apprend-on plus tard, qui n’a aucune formation en astronomie – ne les croit d’abord pas. La présidente Orlean (Meryl Streep) et son imbécile de fils et chef de cabinet, Jason (Jonah Hill), les ignorent d’abord, puis cherchent une raison pour retarder l’action ; les élections de mi-mandat approchent, après tout. La presse ne s’y intéresse guère, et le seul journal de l’establishment qui traite de l’histoire comme d’un blockbuster l’abandonne rapidement après que la Maison Blanche a contesté les données scientifiques. Le duo se retrouve dans une émission matinale populaire, mais un Dibiasky exaspéré est ignoré et moqué après ce qui ressemble à un effondrement à l’antenne.

Les choses ne s’arrangent guère lorsque le gouvernement finit par prendre la menace au sérieux, une version de ce qui pourrait arriver si les foreurs de pétrole de Michael Bay devaient opérer dans notre monde de polarisation culturelle, d’avidité effrénée et de psychose alimentée par les médias sociaux. Dans toute son absurdité, le film est une représentation déprimante et précise de cette époque spécifique, depuis le paysage médiatique insipide et les faiblesses du vedettariat des médias sociaux jusqu’à la publicité politique factice d’une mère de famille de banlieue qui dit sincèrement à la caméra que « les emplois que la comète va créer semblent formidables ».

Tout cela serait discutable si le film n’était pas bon. Heureusement, le film s’appuie sur les formidables performances comiques d’une équipe de choc – les deux acteurs principaux en particulier – qui continuent à nous intéresser à leurs personnages même s’ils nous mettent au défi de les abandonner. Mindy s’enivre de sa propre micro-célébrité et devient un peu plus qu’un agent du gouvernement. Dibiasky se retire complètement de la lutte dans une apathie maussade. C’est le fait de se souvenir de ce qui compte vraiment – le lien humain, les relations, les petits plaisirs comme s’asseoir autour d’une table pour dîner ensemble – qui les ramène du bord du gouffre, alors même que la planète glisse dessus. Le résultat est à la fois divertissant, tendu et dévastateur.

Rejeter le tournant anti-populiste

Le film s’écarte heureusement de l’une des pires impulsions du discours post-Trump et de ses tendances anti-populistes. Les critiques ont accusé les cinéastes de suffisance et de mépris pour les gens ordinaires, dépeignant un pays trop stupide pour se sauver lui-même. Ils ont tort.

Les gens du monde de Don’t Look Up ne sont décidément pas le problème. Les clients du bar amènent nos héros à dire l’horrible vérité sur l’inaction du gouvernement et réagissent avec inquiétude et violence. Un gentil garçon chrétien du Midwest, joué par Timothée Chalamet, suppose que la comète n’est pas réelle, mais change d’avis grâce à des preuves et à une persuasion extrêmement douce. Lors d’un rassemblement semblable à celui de Trump, Jason implore la foule de « ne pas regarder en l’air », jusqu’à ce qu’un participant au chapeau rouge le fasse et voit clairement la comète se diriger vers eux. « Putain, il nous a menti ! », crie-t-il.

Dans un renversement de la narration libérale dominante depuis 2016 – qui fait de tous les électeurs ordinaires de Trump des méchants irrécupérables et bigots, au point de fantasmer qu’ils perdent leur assurance maladie, ou rejette la faute sur les non-électeurs pour avoir laissé tomber leurs politiciens – ce sont les élites et les institutions du pays, y compris les médias, qui sont le vrai problème dans Don’t Look Up. Toutes corrompues par l’argent, elles induisent en erreur, manipulent et détournent le reste d’entre nous de ce qui compte vraiment. C’est peut-être la raison pour laquelle le film a été accueilli avec une hostilité surprenante par une grande partie de la presse traditionnelle, qui s’est surtout plainte du manque de subtilité du film.

Mais la subtilité n’est pas toujours une vertu. Strangelove, le classique de la guerre froide auquel le film de McKay a été comparé à juste titre, était loin d’être un cours magistral d’euphémisme, mettant en scène une armée américaine conseillée par un scientifique nazi doté d’une main sensible et meurtrière, et son plan final montrant un pilote de cow-boy jouissant pratiquement sur une ogive nucléaire en chute libre. Il y a différentes façons de faire un film, et tous les films sur le climat ne sont pas forcément l’excellent First Reformed de Paul Schrader. Les chiffres impressionnants de Don’t Look Up en streaming suggèrent que l’approche de McKay et Sirota a été la bonne pour leur objectif de secouer le public par les épaules et de le supplier de prêter attention.

Je ne suis pas non plus convaincu que le film soit aussi agressivement évident que ses détracteurs le prétendent. Ma première pensée après avoir vu le film a été pour sa retenue. Si vous ne faites pas partie de la minorité relative de personnes hyper conscientes du changement climatique ou si vous n’avez pas vu le film avant sa sortie, il y a peu de choses qui suggèrent son allégorie centrale, à part une poignée de brefs plans d’ours polaires et d’autres animaux sauvages dans des montages de fin du monde. Tout cela est suffisamment ambigu pour que, de manière anecdotique et sur la base de la réception du film jusqu’à présent, un nombre non négligeable de personnes aient pensé qu’il s’agissait en fait de la pandémie. Les critiques feraient bien de se rappeler que la plupart des gens ne sont pas des consommateurs d’informations habituels et très instruits comme eux.

Les comparaisons avec Folamour tiennent parce que les deux films font une chose similaire : ils prennent un élément de logique fondamentalement absurde et insensé qui est au cœur de notre politique – la politique nucléaire de destruction mutuelle assurée dans le film de Kubrick et le déni et même les illusions lucratives de la crise climatique dans celui de McKay – et les laissent jouer devant nous. Les résultats sont risibles et incroyables. Il est insensé que des personnes de pouvoir et d’influence mettent en péril l’arrêt de l’apocalypse littérale parce qu’elles y voient une opportunité de faire de l’argent ou parce qu’elles ne veulent pas parler des mauvaises nouvelles.

Et pourtant, c’est la réalité exaspérante de la crise climatique d’aujourd’hui, où des personnalités du monde des affaires et de la politique insistent sur le fait que la prévention d’un désastre planétaire est trop coûteuse et coûterait des emplois, et où le présentateur le plus progressiste des informations sur le câble justifie avec désinvolture l’absence de couverture climatique de sa chaîne par le fait qu’il s’agit d’un « tueur d’audience ». Pas plus tard que la semaine dernière, l’un des principaux journaux du pays a célébré avec joie le fait que les dirigeants du monde entier abandonnaient leurs engagements en matière de climat et « privaient la question de l’oxygène politique », ce qu’il appelle le « réalisme climatique ».

Pour toutes les critiques qui s’inquiètent du fait que le film sape son propre objectif, ou qu’il vole la vedette aux laborieux défenseurs du climat, il convient de se tourner vers les scientifiques et les militants. Le film y a reçu un accueil presque universellement positif, l’une des rares lueurs d’espoir dans une année pleine de nouvelles climatiques sombres. Les critiques sur son manque de subtilité n’ont pas touché les climatologues, qui considèrent les scènes où les astronomes tentent vainement de mettre en garde deux abrutis professionnels de l’information par câble non pas comme une satire exagérée, mais comme une réalité qu’ils ont vécue.

Le plus effrayant dans Don’t Look Up, c’est qu’aussi absurde qu’il soit, il exagère à peine. Une grande partie de notre élite politique est tout aussi avide et stupide, nos médias sont tout aussi insipides, et notre réponse à une catastrophe imminente est exactement aussi irrationnelle que dans le film. Mais il y a une différence majeure (et elle implique un spoiler) : il est peut-être trop tard pour les personnages de Don’t Look Up, mais ce n’est pas le cas pour nous dans le monde réel. Prouvons à McKay qu’il a tort en ne partageant pas le sort de ses personnages. »»»»»»»»»»»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :