Classe capitaliste

« Cette société ressemble à une société où une centaine de mécaniciens ayant mis la main, même légitimement, sur de monstrueuses machines automatiques capables et seules capables de tout produire, le pain tout cuit, les vêtements tout confectionnés, les maisons toutes bâties, s’approprieraient la totalité du pain, des vêtements et des maisons, sous prétexte qu’ils tiennent la manivelle de la machine.

Or, ce n’est pas là tout à fait une fiction : le mouvement des sociétés européennes, depuis bientôt un siècle, peut se résumer ainsi : abaissement continu du prolétariat, écrasement continu de la classe moyenne par la classe capitaliste. » (3 mars 1889)

.

[ Depuis 130 ans, ce mouvement ne s’est pas inversé. Au contraire, il s’est accentué ! Les 1% écrasent de plus en plus les 99% !

On en est même arrivé à un point où (pour paraphraser Jean Jaurès) : ‘l’écrasement de toutes les classes moyennes et populaires par la classe néolibérale’ atteint des sommets vertigineux. ]